Présentation de la Septante

         Dans cet article, j’aimerais vous présenter brièvement la Septante. J’évoquerai d’abord l’histoire, puis les différences avec le texte rabbinique, qui est le texte que nous utilisons couramment dans nos Bibles. Enfin, je conclurai en donnant trois bonnes raisons d’utiliser la Septante.

Histoire de la Septante

        Le terme de Septante, qui veut dire 70, se réfère au nombre des scribes judéens qui ont entrepris la traduction du Pentateuque, c’est-à-dire les 5 premiers livres de la Bible (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome). Au sens strict, la Septante ne désigne donc que la traduction grecque de ces 5 premiers livres. Cependant très vite, ce terme prend un sens plus large et désigne l’ensemble des livres bibliques traduits en grec à l’époque hellénistique (après Alexandre le Grand), y compris ceux qui ne seront ensuite pas acceptés dans le canon pharisien.

           Cette traduction a au départ été approuvée par les rabbins et même justifiée bibliquement. C’est cette version de la Bible qui est utilisée par les Judéens d’Alexandrie et d’une manière générale par l’ensemble des hellénistes, c’est-à-dire des Judéens de langue grecque.Mais l’opinion rabbinique  va très vite changer après l’apparition du christianisme.

            Dès la génération apostolique, les chrétiens parlent majoritairement grec, et le Nouveau Testament lui-même a presque été entièrement rédigé en grec. De plus ce sont principalement les Judéens de diaspora (comme Prisca et Aquilas ou Apollos) qui partent en mission auprès des païens. Ils transmettent donc aux nouveaux convertis, la version de la Bible qu’eux-mêmes utilisent. Cela explique pourquoi, très vite, la Septante, devient la « Bible de l’Eglise », c’est-à-dire la version officielle utilisée par tous les chrétiens. Or cette version présente plusieurs différences avec le texte rabbinique

          Il ne faudrait cependant pas croire que les docteurs de cette époque étaient ignorants de ces différences. Au contraire, les textes de Justin Martyr, Irénée de Lyon ou Origène montrent bien que ceux-ci savaient que cette version ne correspondait pas à la version reconnue  officiellement dans le judaïsme rabbinique. Cependant ils ont refusé de se conformer au texte rabbinique et ont préféré conserver la Septante comme texte officiel de l’Eglise par fidélité aux apôtres. Les premières traductions latines de la Bible sont faites à partir de la Septante.

         La situation change en Occident à la fin du 4ème siècle. Le pape Damase  demande à un érudit, Jérôme, de réaliser une nouvelle traduction latine de la Bible pour remplacer la Vetus Latina. Celui-ci, sous l’influence d’un rabbin, décide de baser sa traduction, non plus sur la Septante mais sur le  Texte rabbinique. Cette position sera ensuite constamment adoptée par tous les traducteurs occidentaux jusqu’à nos jours, qu’ils soient catholiques romains ou protestants. Notons cependant que les Eglises d’Orient conservent toujours le texte de la Septante comme Ancien Testament.

Les différences

Venons en maintenant aux différences. Elles peuvent être de deux ordres, et avoir deux causes et deux origines.

Quantitatives/qualitatives

Les différences peuvent être quantitatives ou qualitatives.

Quantitatives : Parfois le texte de la Septante est plus long ou plus court que le texte rabbinique. Le cas extrême est le livre de Jérémie, où le texte de la Septante est à peu près 20% plus court que le texte rabbinique. A l’inverse, les livres d’Esther et de Daniel contiennent des passages supplémentaires. Au delà ces longs ajouts, il peut aussi y avoir des ajouts plus ponctuels, comme ce verset de Job (42, 17) :

« Et Job mourut âgé et rassasié de jours. » (Texte rabbinique)

« Et Job mourut vieux et rempli de jours. Il est écrit qu’il ressuscitera de nouveau avec ceux que le Seigneur ressuscite » (Septante)

Qualitatives : D’autres fois, le texte est identique en quantité, mais le sens est différent. Ces différences peuvent être d’ordre historiques (les chronologies par exemple) ou théologiques. Voici par exemple trois versets de Job

Job  5, 11

« Il relève les humbles, Et délivre les affligés » (Texte rabbinique)

« qui exalte les humbles et ressuscite les morts » (Septante)

Job 14, 14 :

« Si l’homme une fois mort pouvait revivre, J’aurais de l’espoir tout le temps de mes souffrances, Jusqu’à ce que mon état vînt à changer. » (Texte rabbinique)

« Car si un homme meurt, il vivra, ayant accompli les jours de sa vie. J’attendrai jusqu’à ce que je vive de nouveau ».  (Septante)

Job 19, 25-26

« Mais je sais que mon rédempteur est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la terre.  Quand ma peau sera détruite, il se lèvera; Quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu. » (Texte rabbinique)

« Car je sais qu’il est éternel celui qui va me délivrer ; sur la terre que ressuscite ma peau qui supporte tout cela ; car pour le Seigneur ces choses sont accomplies pour moi ». (Septante)

Nous voyons ici que la traduction grecque atteste une croyance en la résurrection qui ne figurait pas dans le texte hébreu initial.

Les causes 

Deux causes possibles : une vocalisation différente, une modification du texte consonantique.

L’hébreu a la particularité (comme l’arabe) d’être une langue consonantique, c’est à dire qu’on écrit que les consonnes. Du coup un même texte offre parfois plusieurs possibilités de lecture. Si j’écris « bnn » par exemple, je peux lire « banane » ou « bonne ». Les possibilités sont d’autant plus nombreuses que dans le texte hébreu original, il n’y a pas de séparation entre les mots.

Toutefois toutes les divergences entre le texte rabbinique et la Septante ne peuvent pas s’expliquer par des différences de lectures. Certaines de ces différences impliquent un texte consonantique différent.

Les origines

          Ce texte consonantique peut être différent pour deux raisons : soit parce qu’il a été modifié par les rabbins, soit parce qu’il a été modifié par les traducteurs de la Septante. En effet contrairement à ce qu’on croit, les Judéens de l’époque ne pensaient pas que le texte était immuable. Au contraire, le Talmud, la Loi orale des pharisiens, dit expressément que les rabbins ont le droit de modifier le texte écrit sous certaines conditions.

Quelques bonnes raisons d’utiliser la Septante 

        a) Il est utile de comparer les deux versions afin de repérer les éventuelles modifications.

       b) Le vocabulaire de la Septante est souvent repris dans le Nouveau Testament, étudier la Septante permet donc de mieux comprendre le sens de certains termes

       c) Comme nous le verrons dans les prochaines articles, les auteurs du Nouveau Testament eux-mêmes utilisaient la Septante et certaines allusions ou citations de l’Ancien Testament dans le Nouveau Testament ne sont compréhensibles qu’en connaissant la Septante.

Publicités

19 réflexions sur “Présentation de la Septante

  1. Pingback: L’importance de la Septante : un exemple de son utilisation dans le Nouveau Testament | Didascale

  2. Pingback: Bible et données historiques : l’utilisation de la Septante dans le Nouveau Testament | Didascale

  3. Pingback: Jésus lisait-Il la Septante ? | Didascale

  4. Pingback: Sommaire : La Septante | Philochristos

    • Bonjour jocelinebien,

      Il existe des versions interlinéaires, aussi bien pour l’Ancien Testament, que pour le Nouveau. C’est à dire que tu as une traduction mot par mot avec le texte hébreu/grec et juste en dessous le terme français.

      C’est un peu couteux, mais c’est un bon investissement.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s